Article

Monte western : entre naturel et technicité

Mai 3, 2018

grey circle article

cheval western accroché dehors

L’équitation western connaît de plus en plus d’adeptes en France. On parle souvent des disciplines olympiques et de l’équitation « anglaise » mais que savez-vous sur la monte western ?

Origines

L’équitation western est originaire des Etats Unis et a été développé au XIXe siècle dans une optique de confort pour le cheval comme pour le cavalier. En effet, il s’agit d’une équitation de travail qui recherche l’économie psychique et physique du cheval et du cavalier pour pouvoir à tout moment effectuer des actions précises et rapides au sein d’une longue journée de travail.

Progressivement, cette équitation de travail a donné lieu à une équitation de loisirs et à des compétitions.

L’esprit western

Le cheval de western, contrairement au cheval monté à « l’anglaise », n’est pas toujours soutenu et présente des allures plus souples et naturelles.

Cette discipline se distingue également par le matériel spécifique : une selle à corne, un mors à branches et des éperons à mollettes ainsi que le traditionnel chapeau (mais une bombe est obligatoire lors des entraînements) et le boots western.
Les bases de l’équitation western repose sur la notion de confiance au sein du couple cheval/cavaliers. Ils doivent être très liés et en osmose parfaite afin de réaliser les figures et le travail avec précision, efficacité et parfois à une main.

Couple cavalier cheval pendant un barrel race

 

Les disciplines sont séparées en 4 catégories :  le ground work (travail en main), le dry work (travail monté), le cow work (travail du bétail) et le gymkhana (épreuves de vitesse).  En voici les principales.

Barrel racing

Le barrel racing est une des disciplines spectaculaires de l’équitation western. L’épreuve consiste à tourner autour de 3 tonneaux en formant un trèfle, tout ça le plus vite possible et sans faire tomber de tonneaux.
Cette discipline permet aux juges d’apprécier l’agilité, la rapidité et l’équilibre pour le cheval, ainsi que l’aisance, l’équilibre et la maîtrise pour le cavalier.

Les chevaux de barrel racing ont un tempérament explosif, peuvent tourner très court et très vite, puis se propulser dans une direction différente. C’est une discipline très physique.

Reining

Le reining est la discipline d’équitation western la plus connue. Elle est au programme des Jeux Equestres Mondiaux depuis 2002. C’est une épreuve de dressage dans laquelle le cheval doit effectuer un enchaînement précis de figures parmi lesquelles le spectaculaire sliding stop (arrêt glissé sur les postérieurs), ou le spin (pirouette sur les hanches très rapide).

L’enchaînement est évalué sur la précision et l’aisance de l’exécution, le calme, la docilité, le dressage et l’équilibre du cheval, entre autres.

Attention, cette discipline requiert un sol particulier ainsi que des protections adaptées pour les postérieurs.

Cheval pendant un sliding stop

Le trail

Le trail est une discipline de l’équitation western qui ressemble au TREC. Il s’agit de franchir un parcours d’obstacles qui pourrait être rencontrés en extérieur : pont, portes, pas de côté, reculé ou encore transport d’objet insolite. Le calme, l’aisance, la franchise, l’écoute et la qualité des mouvements du cheval face aux difficultés sont évalués.

Le horsemanship

Le horsemanship est un parcours monté, qui permet d’évaluer les qualités du cavalier : équilibre, discrétion des aides, position, … Le jury note le couple dans l’exécution du parcours, mais surtout le cavalier seul. On parle du cavalier en tant que gagnant et pas du couple cavalier/cheval.

Le cutting

Le cutting consiste à séparer une vache du reste du troupeau et à l’empêcher de regagner celui-ci. Elle permet d’évaluer les aptitudes du cheval au tri du bétail et son initiative, car le cheval doit agir seul, sans l’intervention du cavalier sur son dos.

 

Vous en savez désormais un peu plus sur l’équitation western et on espère que cela soulèvera l’envie d’essayer !