Article

La récupération du cheval après un effort

Mai 22, 2018

grey circle article
Karim Laghouag fait récupérer son cheval après une séance Horsecom - Eric Knoll

Photographie Eric KNOLL.

La récupération est un moment primordial dans le programme d’entrainement. Il permet de prévenir les courbatures, les coups de sang et prépare le prochain effort intense.

Les chevaux de sport sont de véritables athlètes. Vitesse, puissance, endurance, musculature,… On les travaille afin de réunir toutes les qualités nécessaires à la victoire, peu importe le niveau de compétition. Dans ce sens, on parle souvent de programme ou de routine pour décrire leur quotidien de sportif.
La récupération est une des phases de ce travail. Cependant elle est souvent mal comprise, mal exécutée ou son importance sous-estimée. Voici donc un petit rappel sur les principes de la récupération chez le cheval de sport.

Principe de la récupération :

Il existe plusieurs types d’effort physique pour le cheval comme pour l’humain et donc plusieurs types de récupération : la récupération active et la récupération passive.
Le premier type est associé aux efforts intensifs plus ou moins courts comme une course ou un parcours de cross. Le deuxième est plus adapté aux efforts de faible intensité ou d’endurance à faible vitesse.
En effet, les différents types d’effort n’ont pas les mêmes conséquences sur le métabolisme de nos amis.
Pour faire simple, lors d’un effort intense, le corps produit des lactates. Si l’effort se prolonge et qu’il n’est pas trop intense, ces lactates sont utilisés comme énergie en complément de l’oxygène. Si l’intensité est trop grande, le corps n’a pas le temps de réutiliser ces lactates, ils s’amassent au niveau des muscles et provoquent les courbatures, crampes, myosites (ou coup de sang) et autres problèmes.

Karim marche son cheval rêne longue à main droite – Eric Knoll

Photographie Eric KNOLL.

La récupération active :

La récupération active a pour principe de fournir un effort modéré, en cohérence avec l’effort intense fourni auparavant, afin de rééquilibrer les composantes de l’organisme (lactate, glycol, oxygène etc…) qu’il s’agisse de les resynthétiser ou de les éliminer. Elle doit être pratiquée juste après l’effort (et pas 10 minutes après) ainsi que le lendemain. Il est aussi conseillé de faire du 2e jour après la séance ou l’épreuve un jour de repos.

Attention, certaines conditions sont à respecter pour obtenir une rémunération active efficace :

  • le cheval doit être en état de fournir cet effort supplémentaire. Par exemple : privilégier une baisse de température corporelle à une récupération active si cela est nécessaire.
  • la récupération se fait au trot, rêne longue, à l’allure que souhaite le cheval, en étant si possible cadencé (une pensée pour le Horsecom dans ces moments-là 😉 ).
  • le cheval doit être habitué à effectuer ces phases de récupération dès l’entrainement et ne pas les réaliser qu’en concours pour une efficacité optimale.
  • la récupération doit suivre directement l’effort et ne pas être décalée même de 10 minutes.

Le temps préconisé pour la récupération est de : 5 min pour les compétitions départementales et les chevaux de 5 ans, 7 minutes pour les régionales et les chevaux de 6 ans et 10 minutes au moins pour les compétitions de niveau supérieur.

Pose d’argile sur les membres pour la récupération

La récupération passive :

La récupération comprend aussi bien la marche au pas après l’épreuve, que le repos à l’arrêt au box, ou encore les massages, les compléments alimentaires et autres soins prodigués pour favoriser la récupération du cheval.

Voici plusieurs exemples de choses à mettre en place :

  • Détendre les muscles de votre partenaire à l’aide de lampe infrarouges ou de massages avec des produits chauffants.
  • Faire des emplâtres sur les membres pour resserrer les tissus. Par exemple, l’argile avec ses propriétés astringentes est un vecteur de récupération. Appliqué seul ou sous des bandes de repos, les argiles se différencient par leur origine et leur teneur en minéraux. Vous pouvez également utiliser un gel refroidissant qui présente également des propriétés astringentes. A vous de choisir le soin le plus adapté.
  • La cryothérapie qui évitent les crampes et les tendinites. Une machine est cependant nécessaire qu’il s’agisse d’une cryothérapie à eau ou à gaz.
  • Les électrolytes en complément. Ils permettent de faire diminuer la fatigue, de conserver l’eau et les minéraux nécessaires à la récupération ainsi que d’éliminer les toxines.  Ils sont à distribuer la veille, le jour et le lendemain de l’effort pour une efficacité maximale.
  • Tout accompagner de musique avec le bonnet Horsecom 😉

 

Pour aller plus loin :

Vous êtes enseignant ?

Vous êtes cavalier ?

 

Sources :

Ifce.fr « La récupération active chez le cheval de complet »

Horse-techna.com « Comment gérer le cheval à l’effort ou gérer au mieux sa récupération musculaire »

Equiperfomance.fr « La récupération du cheval de sport : un protocole indispensable »