Article

Retours en pâture, attention aux risques !

Juin 15, 2018

grey circle article

Le retour des moments au prés est souvent synonyme de bonheur pour les chevaux. Attention cependant à ce que ce moment ne soit pas source de problèmes de santé !

Attention, cet article n’a pas pour but de limiter l’accès des chevaux aux pâtures mais de mettre en garde contre les dangers d’un excès d’herbe fraîche pour les chevaux vivant au box. Nous sommes conscients qu’il s’agit de quelque chose de naturel et nécessaire au bien être de nos amis.

 

 

Le retour de l’herbe bien verte est un bon moyen pour redonner à votre cheval tous les nutriments dont il a besoin après un hiver long et difficile. De plus, ce paysage verdoyant correspond à la période des mises bats et permet aux juments d’obtenir toutes les protéines et les calories nécessaire à la production de lait.

Les effets du retour en pâtures sont bien visibles sur tous les chevaux mais attention tout de même à bien gérer la période.

Chevaux domestiques VS chevaux sauvages

A son état sauvage, le cheval se nourrit uniquement d’herbe mais il ne s’agit pas d’herbe ultra riche sur une zone localisée comme c’est le cas dans nos pâtures. Dans la nature, le cheval se déplace sur de grandes distances pour obtenir toute la nourriture dont ils ont besoin. A l’état domestique, nos amis ont tendance à reste statique ou dans une petite zone lorsqu’ils sont au près.
De plus, à la sortie de l’hiver, les chevaux étant parfois moins travaillés, ils peuvent présenter un léger embonpoint ou une baisse de forme et n’ont pas forcément besoin d’un apport nutritionnel supplémentaire.
Rappelons également que les jeunes pousses d’herbes sont beaucoup plus riches qu’à leur stade plus avancé, contiennent surtout beaucoup plus de sucre et se digère beaucoup plus facilement et rapidement.

Les problèmes

La situation à la réouverture des près est donc la suivante : un cheval avec un probable embonpoint, de l’herbe concentré sur de petite zone, riche en nutriment. Un accès illimité à cette ressource peut donc poser problème chez

le cheval domestique. Les 3 problèmes les plus courants sont l’obésité, les problèmes d’intestins, l’insulino-résistance ou encore la fourbure.

L’obésité est un risque que court tous les chevaux qui accèdent aux pâtures en illimité au printemps. Nous avons souvent l’habitude de voir des chevaux présentant un embonpoint en pensant qu’ils ont une corpulence normale. Ce problème met énormément de pression sur les articulations, les sabots mais également le cœur. Cela conduit souvent à de la fatigue excessive, une régulation de la chaleur plus difficile ou d’autres soucis de santé plus grave. L’obésité peut être évité en observant la forme de son cheval et en limitant l’accès au près. Attention cependant à ne pas l’interdire complètement car c’est un moment nécessaire au bonheur et à l’équilibre mental du cheval.

Les problèmes d’intestins peuvent être de simples ballonnements, une diarrhée ou de pathologies plus graves comme des coliques. Ils sont souvent le premier signe que votre compagnon ingère trop d’herbe. Les moyens de préventions sont les mêmes que pour l’obésité. Il est possible également de mettre du foin à disposition au box et au prés afin d’apporter les fibres et limité un choc trop brutal sur les intestins.

La fourbure est le résultat d’une trop grande quantité de sucre fermenté créant un surplus d’acidité. Cette acidité affecte les parois du gros intestin et une fois endommagé, ces dernières ne font plus barrières aux bactéries qui se répandent dans le sang en grande quantité. Des études scientifiques ont montré qu’un cheval ou poney ayant déjà eu une fourbure en pâtures ont plus de risques d’en refaire, soyez vigilent !