Témoignage

Pimprenelle débute en licol grâce à la musique

Fév 9, 2018

grey circle article

Aujourd’hui, Johanna partage avec nous ses débuts compliqués avec Pimprenelle ainsi que leur début en licol grâce au Horsecom.

Temps de lecture : 2min

Je m’appelle Johanna, je suis cavalière indépendante et je possède mes deux chevaux chez moi. Ils vivent toute l’année au pré et je les travaille toujours seule.

Je suis pilote d’essai depuis le mois de mars 2017 et le Horsecom m’a beaucoup apporté dans le travail avec mes chevaux. Avec Pimprenelle, il m’a permis de complètement changer de travail alors que je n’aurais jamais pensé pouvoir faire ce que nous avons réalisé.

 

Tout a commencé en mars 2014, j’ai acheté Pimpim une bouchée de pain, son destin était incertain car elle n’allait plus pour le club. J’ai vu dans ses yeux que c’était une histoire qui en valait la peine, mais tout était loin d’être facile.

Johanna et pimprenelle au grand galop en balade

Le problème

Quand nous avons commencé les concours, nous étions en pelham, j’étais incapable de la gérer autrement. Mais les concours étaient plutôt un échec, nous ne nous entendions pas sur beaucoup de choses.

Nous avons continué notre travail en progressant. J’ai pu m’adapter à elle, malgré tous ses particularités. Par exemple, elle ne voulait pas du tout avancer quand nous travaillions sur le dressage alors que je me faisais souvent embarquer en balade ou au travail à l’obstacle.

 

Les débuts avec le Horsecom

Nous avons commencé notre travail en musique en avril 2017, Pimpim m’offrait beaucoup plus de volonté sur le travail. En dressage par exemple, j’ai pu avoir l’impulsion souhaité. A l’obstacle le Horsecom m’a permis de la canaliser. Elle se montrait beaucoup plus calme tout en restant une guerrière. En balade, je me faisais beaucoup moins embarquer et elle restait bien plus à mon écoute.

Pimprenelle rue sur demande avec Johanna sur son dos

Pourquoi le licol ?

J’ai toujours été fasciné par l’équitation éthologique. L’éthologie m’a permis d’apprendre énormément sur ma jument et de commencer de former un vrai couple avec elle. J’ai donc décidé d’essayer de passer en licol avec elle et avec le Horsecom.

Je savais que le travail en dressage serait bien trop compliqué avec elle en licol. Je me suis donc concentré sur le travail à l’obstacle.

Ce qui m’a donné envie de me lancer, c’est l’aide précieuse que j’ai eu du Horsecom : le travail en musique ainsi que tous ses bénéfices. Je savais que grâce à la musique, j’avais une chance de réussir cette transition.

 

La réussite

Cette opportunité était la bonne, et cet essai était une belle victoire. En licol et en musique, Pimpim s’est montrée exemplaire, elle était dans un calme olympien. On formait une formidable équipe, on s’entendait enfin sur tout, même sur les foulées que j’avais du mal à voir et je faisais souvent des fautes là-dessus que Pimpim me sauvait tout le temps mais je m’en voulais à chaque fois. Elle m’écoutait tellement bien, elle n’hésitait pas à revenir quand je la reprenais. J’étais tellement heureuse de ce succès que nous avons commencé les concours. C’était également un succès.

Ce qui est génial, c’est que le Horsecom est autorisé sur les détentes des concours, ce qui nous permets d’avoir des chevaux dans leurs bulles et concentrés. Même si nous ne pouvons pas aller sur notre tour avec le Horsecom, je ne trouve pas cela dérangeant. Pimpim restait dans la même bulle et ne se déconcentrait pas, elle restait entièrement à mon écoute.

Johanna enlace pimprenelle à la fin de son tour de cso en licol

Bilan

Le Horsecom m’a permis de faire un pas de géant dans le travail avec ma jument. La musique la décompresse totalement, je n’ai plus aucune pression et aucune tension. Cela m’a permis de pouvoir évoluer en licol, ce qui aurait été bien plus compliqué avec une jument tendue. Grâce au Horsecom, nous avons pu passer du pelham au licol, et ça c’est la plus belle des victoires pour moi. Les transitions ont pu se faire car la musique a rendu Pimpim de plus en plus calme. Et même en licol, elle ne cherche plus à m’embarquer malgré le fait qu’elle garde son envie de galoper, ce qui est normal, mais elle répond à chacune de mes demandes. Ce passage en licol est un véritable miracle pour nous, je n’aurais jamais cru qu’on en serait capable. Mais je dois me rendre à l’évidence, la musique permet de véritables miracles. Et je suis sûr que ce ne sera pas le dernier.

 

 

Je vous propose ma playliste de travail que j’adapte suivant la discipline que nous travaillons en licol ou encore suivant l’humeur de Pimpim, si elle est vraiment surexcitée, je vais plutôt opter pour une playlist calme. Si elle est plutôt de bonne humeur, je serais donc sur cette playlist pour le travail en licol.

 

 

Obstacle licol Pimpim :

 

« Roadgame » de Kavinsky.

« Stand up for the champions » de Right Said Fred.

« Cheap Thrills » de Sia.

« Hall of fame » de The script.

« Skin » de Rag’n’Bone Man.

« Wake me up » de Avicii.

« Kids » de One Republic.

« Stronger » de Kanye West.

« Thunder » de Jessie J.

« Shots » de Imagine Dragons.

« Pizza » de Martin Garrix

« They don’t care about us » de Michael Jackson.

« You’re the best thing about me » de U2 et Kygo.

« Kids in love » de Kygo.

« OK » de Robin Schulz et James Blunt.

« More than you know » de Axwell A Ingrosso.

 Merci à Johanna pour son témoignage.