Témoignage

« Comment ma peur de l’accident a disparu en 5 mois »

Juin 28, 2017

grey circle article

Dans une lettre ouverte à Horsecom, Julie explique comment la musique a changé son équitation. Son cheval Milano ne pouvant croiser aucun chevaux, Julie avait peur de l’accident. Aujourd’hui, elle a retrouvé les plaisirs simples d’une séance sans accrocs.

Lettre ouverte à HorseCom du 28/06/17

Au commencement…

Je m’appelle Julie. J’ai acheté Milano il y a maintenant deux ans. Son naisseur m’a expliqué qu’il s’était fait chargé par un alezan quand il était encore poulain. Depuis, il est complètement traumatisé par les alezans et c’est impossible de le faire s’approcher d’un autre cheval à moins de 4 mètres. J’en veux pour preuve : ma fracture du poignet lors d’un demi tour (qui a mal tourné) il y a un an. J’avais tout essayé avec Milano : la méthode forte (une catastrophe) et la méthode douce à base de récompenses. Rien ne fonctionnait.

Le temps des questions…

En novembre 2016, je suis allée au salon du cheval de Paris et j’ai rencontré la team Horsecom. En repartant j’étais encore très sceptique, je me posais beaucoup de questions :

– et si mon cheval n’acceptait jamais le HorseCom ?
– et s’il réagissait très mal avec la musique dans les oreilles ?
– et s’il ne ressentait pas les bienfaits de la musique ?
– et si la technologie était néfaste pour lui ?

Une semaine après, un événement est venu changer toute ma perception du Horsecom. Pendant une séance à la maison, Milano a paniqué quand un cheval est arrivé en face de lui et il m’a donné un grand coup de tête. Résultat : une fracture du nez. Afin d’éviter de nous faire encore plus de mal, j’ai contacté Horsecom. Suite à un échange téléphonique avec un membre de leur équipe, j’ai été rassurée sur les aspects techniques et sécuritaires du Horsecom et je l’ai commandé.

packaging du kit horsecom posé sur une table avec en arrière plan une bombe antarès noire

Crash test et bonnes surprises…

J’ai reçu mon Horsecom peu avant Noël. Le 26 décembre, j’ai souhaité faire le premier test. J’ai commencé avec la playlist détente pendant le pansage. Milano était vraiment détendu, les yeux fermés, il profitait. Après quelques pas en main, je suis montée sur Milano en pensant que le Horsecom allait nous sauver la vie. J’ai ressenti l’effet bulle mais comme nous étions seuls dans le manège, le problème n’était pas encore résolu.

Quelques semaines plus tard, notre enfer personnalisé nous a sauté au visage : une séance de plat avec 7 autres copains… La boule au ventre, je suis entrée dans le manège très peu sereine. Finalement la séance était moins mouvementée que ce que nous avions pu connaître auparavant. 3 demi-tours au lieu de 15 d’habitude, on peut dire qu’un espoir teinté d’incertitudes pointait le bout de son nez.

Routines de résurrection…

Bien sûr, changer ses habitudes à cheval c’est récurrent mais ça prend du temps. Ce n’est pas en changeant de mors que l’on peut sauter 10 cm de plus. J’ai lu le témoignage d’une personne qui expliquait qu’elle personnalisait ses playlists en fonction des goûts de son cheval. Travailler les playlists a pris beaucoup de temps car Milano est difficile ! Le Gangnam Style n’a pas trouvé grâce à ses oreilles contrairement à des artistes comme Ed Sheeran, Céline Dion ou Pharell. Mon choix a été de composer des playlists en fonction des routines que je voulais créer pour Milano.

zoom sur le téléphone d'une cavalière en train d'utiliser l'application horsecom

En associant la méthode Horsecom à la méthode douce, Milano a réussi à dépasser ses craintes progressivement: au box, en main, avec les autres chevaux, dans une même aire d’évolution.
Puis, nous croisions les chevaux de plus en plus près et le jour où j’ai réussi à donner un bonbon à celui qui nous a croisé, c’était une résurrection pour nous deux.

Consécration…

Les 17 et 18 juin, Milano et moi avons participé à un concours. Incroyable mais vrai, le paddock s’est très bien passé. J’étais tellement en confiance qu’il n’est pas impossible qu’une belle georgette se soit glissée dans mon parcours mais ces 82 secondes de bonheur, je les dois au Horsecom et surtout à Milano, mon cheval, mon ami, mon partenaire, mon coéquipier. Il me rend meilleure et j’espère qu’il ressent à quel point je lui suis reconnaissante pour ces émotions.

Et après ?

Prochain axe de travail : Milano et l’eau. Dans un bidet, une simple flaque ou à la douche, l’eau n’est pas sa tasse de thé. Pourtant avec les récentes chaleurs il pourrait commencer à l’apprécier !