Témoignage

La bulle Horsecom a éloigné les monstres de Bingo

Juil 21, 2017

grey circle article

Bingo est un poney émotif qui se laisse facilement distraire par son environnement. Sa cavalière Lisa explique comment le Horsecom a éloigné les monstres de son poney grâce à la musique.

Temps de lecture : 3 min

Dans un article sur son site, notre Pilote d’Essai Lisa avait parlé de sa première impression, plutôt positive, sur le Horsecom. Aujourd’hui, elle vient nous annoncer qu’elle est tout à fait conquise !

Bingo, un poney émotif

Bingo est un poney plutôt inquiet, sur l’oeil et qui s’emeut d’un rien : le fond de la carrière qui ne lui revient pas, un nouveau plot, un oiseau dans la haie, un stick qui traine par terre… Et c’est la panique.

Lisa et bingo posent dans une allée du centre équestre avant leur séance avec le Horsecom

Alors imaginez ma tête lorsqu’un mardi, j’arrive aux écuries bien décidée à travailler galop-en-équilibre-avec-transitions-etc-etc et que, horreur, je vois dans la carrière 4 énormes tracteurs ! Bon, ok, Nicolas m’avait prévenue qu’elle allait être agrandie… Mais ça m’était sorti de la tête. Je me retrouve alors avec 4 énormes monstres qui font un bruit du tonnerre. Oui, pour mes petites oreilles humaines aussi.

Une séance inattendue

Bon, je vais quand même tenter de travailler, rien qu’un tout petit peu … Un peu de longe dans le petit manège, ça devrait aller ? Terribles conditions de travail. Les camions et autres tractopelles déversent des tonnes de graviers à quelques mètres de nous. Mais c’était sans compter sur mon Horsecom ! Ni une ni deux, je dégaine ma playlist personnelle d’Hans Zimmer. Un mélange de musiques tantôt relaxantes, tantôt entrainantes, que j’adapte aux allures de poney.

vu de Lisa sur bingo en balade avec le paysage entre ses oreilles

A la longe, Bingo semble plutôt bien. Allez, je tente de monter dessus, et qui vivra verra ! J’ai quand même mis un collier d’encolure, redoutant les demi-tours-galop en cas d’approche impromptue d’engin de chantier.

Mais je crois que je suis mauvaise langue. Bingo ne bouge pas d’une oreille. Il ne sursaute même pas quand un des engins nous sort un bruit similaire à (je pense) un gratte-ciel qui s’écroule (oui, les graviers, ça fait du bruit). Il est concentré sur le boulot, cadencé. Il monte son dos, s’arrondit.

Une bulle de concentration surprenante

Il me sort des choses magnifiques, de l’incurvation à l’épaule en dedans. Je suis abasourdie face aux progrès de ce petit poney qui, il y a quelques semaines encore, ne s’approchait pas du fond de ce manège. La musique nous aurait-elle donné des ailes ? C’est le pouvoir d’Hans Zimmer, ça !

 

Honnêtement, je trouvais le terme de Horsecom « bulle de concentration » un peu pompeux, un peu marketing. Mais après cette fabuleuse séance, j’ai vraiment compris. Ce jour là, Bingo et moi étions vraiment dans notre bulle, en faisant abstraction des éléments (pourtant dérangeants) extérieurs. Dans notre bulle, et concentrés. Et cette bulle, elle a réussi à tuer tous les monstres.